Le LSD et les années psychédéliques : Entretiens avec Albert by Antonio Gnoli, Franco Volpi, Albert Hofmann, René de

By Antonio Gnoli, Franco Volpi, Albert Hofmann, René de Ceccatty

En 1943, le chimiste suisse Albert Hofmann (né en 1906), travaillant sur certaines propriétés cardio-actives des champignons, découvre, par hasard, une substance aux vertus hallucinogènes : le LSD. On sait quelle fut l'importance du LSD dans les années " psychédéliques ". Ernst Jünger, qu'Albert Hofmann rencontra très tôt, Cary furnish, Aldous Huxley, Allen Ginsberg, William Burroughs, Thimothy Leary contribuèrent à populariser cette substance, tout d'abord utilisée en psychothérapie, puis attachée à l. a. beat new release, devenant alors le symbole d'une contre-culture de désobéissance civile, avant d'être interdite en 1967. Cette rencontre avec un vieux sage, conscient des hazards de sa découverte, est l'occasion de réfléchir sur le rôle des drogues dans los angeles création artistique et dans l'évolution des civilisations.

Show description

Read or Download Le LSD et les années psychédéliques : Entretiens avec Albert Hofmann PDF

Similar french_1 books

Œuvres complètes, Series 2

Augustin-Louis, Baron Cauchy (1789-1857) was once the pre-eminent French mathematician of the 19th century. He begun his occupation as an army engineer in the course of the Napoleonic Wars, yet even then used to be publishing major mathematical papers, and used to be persuaded by means of Lagrange and Laplace to commit himself solely to arithmetic.

Beignets et gaufres

Beignets et gaufres sont synonymes de fêtes: carnaval, fête foaine, goûter ou soirée entre amis. Рецепты выпечки — сладкие и несладкие пирожки, пончики, вафли…

Extra resources for Le LSD et les années psychédéliques : Entretiens avec Albert Hofmann

Sample text

Déjà, le nom allemand de l’ergot de seigle, à savoir Mutter-Korn, littéralement « grain de la mère », indique un lien avec la fonction d’engendrement. Dans l’Antiquité et au Moyen Âge, les sages-femmes employaient l’ergot de seigle pour accélérer l’accouchement. Ce qu’il nous importait de découvrir, c’était le principe actif qui possédait ces propriétés utérotoniques. Au cours des années trente, dans les laboratoires Sandoz, mais presque au même moment en Angleterre et en Amérique, on parvint à isoler ce principe actif qui fut dénommé ergométrine, ergobasine ou désigné par d’autres noms encore.

3) les drogues enivrantes, comme l’alcool, l’éther ou le chloroforme. 4) les drogues euphorisantes, comme l’opium et la cocaïne. 5) enfin, les drogues hallucinogènes, comme la mescaline, la marijuana, la psilocybine. Et le LSD, dans quelle catégorie entre-t-il ? Dans celle des hallucinogènes, mais avec une différence fondamentale. Il a une puissance énorme, incalculable. Alors que les drogues hallucinogènes traditionnelles, comme la mescaline, qui fut utilisée surtout dans les années vingt et provoque des effets analogues à ceux du LSD, ont une puissance beaucoup plus limitée.

Rapidement, il se forma autour de lui un cercle de disciples qui s’élargissait de plus en plus : non seulement des étudiants de Harvard, mais aussi certains de ses collègues, enseignants dans d’autres universités, écrivains, artistes et personnages plus ou moins connus de l’opulente société américaine de l’époque. Et Leary réussit à maintenir ensemble une compagnie aussi hétérogène ? Il avait le charisme nécessaire pour le faire. Toutefois des tendances très diverses se manifestèrent bientôt au sein du groupe.

Download PDF sample

Rated 4.68 of 5 – based on 20 votes