ABC du travailleur by Edmond About

By Edmond About

Edmond approximately, l'auteur entre autres de L'oreille cassée, a publié cet ABC d'économie politique en 1868. Il est rédigé à l'intention de l'homme de los angeles rue qui cherchait à comprendre les questions économiques. Sa présentation de los angeles creation, du salaire, de l'épargne et du capital reste une bonne advent encore aujourd'hui.

Extrait de l'introduction de l'auteur :

« Il y a quatre ou cinq ans, les hasards de l. a. vie me mirent en correspondance avec un groupe de travailleurs parisiens. Ils n’étaient guère plus de soixante-dix, mais chacun représentait un corps de métier, et l’on devinait derrière eux toute une armée de camarades. Je n’en ai pas vu un seul face à face : ils m’écrivirent, je leur répondis une lettre assez longue qui courut les ateliers, puis l’un d’eux, qui semblait exercer une certaine autorité par sa droiture et ses lumières, m’adressa une proposition qui peut se résumer ainsi :

« Voulez-vous lier avec nous une amitié solide et sturdy ? Rendez-nous un provider que ni nos orateurs, ni nos publicistes en titre n’ont jamais tracké à nous offrir. Publiez un petit livre qui nous apprenne en quelques heures de lecture tout ce qu’il nous est quintessential de savoir. »

Show description

Read Online or Download ABC du travailleur PDF

Similar french_1 books

Œuvres complètes, Series 2

Augustin-Louis, Baron Cauchy (1789-1857) used to be the pre-eminent French mathematician of the 19th century. He begun his profession as an army engineer throughout the Napoleonic Wars, yet even then used to be publishing major mathematical papers, and used to be persuaded by way of Lagrange and Laplace to commit himself solely to arithmetic.

Beignets et gaufres

Beignets et gaufres sont synonymes de fêtes: carnaval, fête foaine, goûter ou soirée entre amis. Рецепты выпечки — сладкие и несладкие пирожки, пончики, вафли…

Additional resources for ABC du travailleur

Sample text

Tu n’as rien créé, mon ami ! Tu as rapproché du consommateur un aliment qui était loin de lui. Un autre l’a porté un peu plus près de nous ; un autre l’a placé sur notre table et sous notre fourchette : tous ceux qui ont travaillé à rendre ta marchandise plus utile sont producteurs au même titre que toi. Le paysan dit : J’ai fait cent hectolitres de blé, et il semble à première vue qu’il ait tiré du néant cette récolte. Il n’a fait en réalité que réunir sous la forme la plus utile à l’homme des éléments qui existaient tous, mais inutiles, impropres à la consommation, épars dans l’air, dans l’eau, dans la terre, dans le fumier.

Dans ce cas, il ne gagne rien, quoiqu’il ait fait tort à quelqu’un. Le capital représenté par les papiers qu’il a détruits reste intact et ne change pas de maître. Mais la sécurité du vrai propriétaire est détruite, et sa jouissance troublée pour un temps plus ou moins long. Il a toujours son capital, mais il ne le possède pas ; il a droit à certains revenus, mais il ne peut les toucher jusqu’à nouvel ordre ; une partie de son avoir se trouve pour ainsi, dire immobilisée par le vol. Les titres au porteur sont plus faciles à négocier ; mais comme le volé, s’il est adroit, peut les arrêter en chemin, un voleur qui sait son état, se tient en garde contre des biens si compromettants et les détruit pêle-mêle avec les titres nominatifs.

Par exemple, un fils de famille qui possède dix maisons sur le pavé de Paris travaille moins, dans sa journée que ses 150 ou 200 locataires. Le prêteur en général travaille moins que l’emprunteur ; il gagne quelque fois autant, ou même davantage. Louer la terre au laboureur est moins pénible assurément que labourer la terre. Mais nous expliquerons, en parlant des capitaux, comment un homme peut hériter, légitimement du travail de cent autres, et comment les plus pauvres d’entre nous sont eux-mêmes des héritiers sans le savoir.

Download PDF sample

Rated 4.76 of 5 – based on 42 votes